Rechercher

MOI, J'AI PAS BESOIN D'ALLER VOIR UN.E PSY !


Rares sont les personnes qui chuchotent encore lorsqu’iels disent qu’iels vont voir quelqu’un. En 2020, faire une thérapie est devenu un acte plutôt banal.

Pourtant, pour certain.e.s, des réticences persistent. En cause, un grand nombre d’idées reçues sur ce que cela signifie vraiment d’aller consulter un.e psy.


#1 : Je ne vais pas SI mal !

A t-on nécessairement besoin d’aller SI mal pour consulter un.e psy ?

Spoiler alert : non !

Nos problèmes d’estime de nous nous interdisent parfois d’accepter l’idée que nous méritons d’être écouté.e.s.

Fut un temps où aller chez lae psy signifiait que l’on souffrait d’une pathologie particulière. Raison pour laquelle beaucoup de personnes pensent, à tort, qu’elleux n’ont aucune raison valable d’aller consulter.

Aujourd’hui, débuter une thérapie, c’est avant tout s’engager dans un chemin vers une meilleure connaissance de soi-même et de ses mécanismes. Vous n’avez pas forcément besoin d’avoir de «problèmes» pour venir nous consulter. Nous pouvons également discuter de vos joies, de vos doutes, de vos succès, de vos regrets, de vos fiertés..

Ici tout peut se dire et se partager : des difficultés liées à la santé mentale, aux disputes de couple, en passant par les contrariétés du quotidien ou encore aux obstacles qui vous empêchent d’avoir pleinement confiance en vous et votre potentiel.


#2 : Je n’ai pas besoin de conseils ou d’avis !

Tant mieux, nous ne sommes pas là pour ça !

Tout.e psy se doit d’offrir à son.sa client.e un cadre sécurisant où non-jugement et bienveillance sont de mise.

Notre rôle n’est pas de vous dire comment vivre votre vie mais plutôt de vous accompagner pour mieux y faire face et appréhender de manière plus sereine votre relation à vous-même, aux autres, et à votre environnement.


#3 : Je ne suis pas certain.e que ça fonctionne !

Nous n’avons pas de baguette magique et ne sommes pas là pour vous apporter de solutions.

Gardez bien en tête que c’est vous et vous seul.e.s qui avez le pouvoir.

La relation thérapeute--patient.e se co-crée et est au coeur du processus thérapeutique.

Si lae client.e est acteur.ice du changement, la relation en est le moteur.

L’ambition, ici, si tant est qu’il y en ait une, est de permettre au.à la patient.e d’accéder à une plus grande autonomie et de réinjecter de la créativité et de la responsabilité dans sa vie.

Le seul moyen pour que cela «fonctionne» donc, est de vous assurer d’avoir trouver la bonne personne pour vous accompagner.


#4 : J’ai honte de demander de l’aide !

Un certain nombre de personnes ressentent de la gêne voire de la honte à parler ouvertement de (leur) santé mentale.

En réalité, prendre conscience que l’on pourrait avoir besoin/envie de se faire accompagner par un.e professionnel.le, puis prendre le téléphone pour obtenir un rendez-vous est une chose qui demande beaucoup de courage et n’est en aucun cas signe de faiblesse.

Aller voir un.e thérapeute, c’est aussi se rendre compte que l’on est pas seul.e à ressentir ce que l’on ressent et que ce qui nous amène dans ce cabinet n’est pas anormal mais, au contraire, assez commun !

Rappel qui fait du bien : tout ce que vous déposez en cabinet rentre dans le cadre confidentiel de la thérapie et n’en sort pas.


LA THÉRAPIE, C'EST AVANT TOUT CE QUE VOUS EN FAITES

Voyez l’engagement dans une thérapie comme un investissement sur vous-même.

Nous ne sommes pas des magicien.ne.s et aucun.e thérapeute ne vous proposera de solution miracle à vos difficultés (si c’est le cas, fuyez!).

Cela peut paraître simpliste, mais la thérapie consiste en fait à parler à quelqu’un.e de ce qui est présent pour vous : émotions, (re)sentiments...

Nous ne sommes pas là pour apporter un quelconque jugement sur ce que vous déposez, mais bien pour vous accompagner. C’est un endroit où vous pouvez baisser votre garde et être pleinement accueilli.e.s pour ce que vous êtes.

44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout